Emmanuel Macron veut réformer les retraites. Il souhaiterait instaurer un nouveau système universel où votre retraite serait calculée à partir de vos cotisations et de votre espérance de vie.

La réforme devrait débuter au cours de l’année 2018 afin que les textes de la réforme des retraites soient finalisés avant l’été 2019.Lorsque la réforme entrera en vigueur, les conditions de départ des assurés qui sont à moins de 5 ans de la retraite ne devraient pas être modifiées. Pour les autres, la transition se ferait graduellement.

Calcul

Actuellement, les retraites du régime général des salariés sont calculées à partir du salaire annuel moyen perçu par chaque salarié au cours de sa carrière, que l’on multiplie par un taux de liquidation, qui peut varier en fonction du nombre de trimestres cotisés.Macron souhaite modifier ces règles de calcul en créant pour chacun un compte virtuel (« compte notionnel ») sur lequel seraient enregistrées les cotisations retraite verséesAvec ce nouveau système, les notions d’annuité et de retraite à taux plein disparaitraient.

Régime universel

Aujourd’hui, le système des retraites comporte plus de 40 régimes différents. Macron souhaite uniformiser le système en appliquant les mêmes règles de calcul pour tous (public et privé, régimes spéciaux…).

Exemple

Exemple : soit un salarié partant à la retraite à 65 ans ayant cotisé 150 000 euros. Si l’espérance de vie pour sa génération est de 78 ans, il lui reste donc théoriquement 13 ans à vivre. Le montant annuel de sa retraite sera alors égal à 150 000 / 13 = 11538 euros par an, soit 962 euros par mois.

Répartition

Le régime par répartition sera conservé. Les cotisations versées aujourd’hui continueront donc de payer les pensions des actuels retraités.

Taux de cotisation

Tout le monde ne versera pas les mêmes montants de cotisations

Régimes spéciaux

Le sujet des régimes spéciaux (SCNF, RATP, EDF…) sera l’un des points chauds de la réforme des retraites.

Pénibilité

Tous les salariés n’ont pas la même espérance de vie. Ceux exposés aux travaux pénibles vivent, par exemple, moins longtemps que ceux qui ne le sont pas.

Pour le moment, le programme du candidat précise simplement que la « pénibilité » sera retenue dans la formule de calcul des retraites. Il faudra donc attendre des informations plus précises de la part du gouvernement pour connaître les modalités de cette prise en compte.

Carrière longue

La réforme continuera à tenir compte des carrières longues qui, aujourd’hui, permettent de partir à la retraite avant l’âge minimum légal.

Age légal de départ

Macron a indiqué qu’il ne comptait pas augmenter l’âge légal de départ à la retraite, aujourd’hui fixé à 62 ans. L’âge de la retraite devrait donc rester le même au moins jusqu’en 2022.

Il sera toutefois possible de partir plus tard pour toucher une meilleure pension de retraite.

CSG

En raison de sa complexité, cette réforme n’entrera pas en vigueur dès le début du quinquennat. En revanche, le régime fiscal des retraites a rapidement été modifié, puisque le gouvernement a augmenté la CSG prélevée sur les pensions versées chaque mois à compter du 1er janvier 2018. Une hausse qui touche environ 6 retraités sur 10.